INFORMATIONS IMPORTANTES

Attention
Vous devez valider deux options par semestre.
L’inscription aux options est définitive et aucun changement ne peut être accepté (sauf cas de force
majeure). Pour toute demande de changement dûment motivée et justifiée, prendre contact avec
Agnès Charvillat (agnes.charvillat@parisdescartes.fr).


Avertissement
Le choix des options en L3 ne conditionne pas l’accès à un Master particulier. Dans leur esprit, ces
options constituent plutôt une dernière opportunité d’ouverture avant la spécialisation.


Modalités de validation
- En session initiale, chaque option donne lieu à un contrôle continu prenant la forme d’un (ou
plusieurs) devoir(s) sur table, pour une durée totale de 2h.
- L'épreuve de rattrapage est un oral, qui se déroule en juin. Les étudiants soumis à des
contraintes de mobilité (e.g., Erasmus) peuvent bénéficier d'une anticipation de la date de leur oral,
en concertation avec l’enseignant du thème choisi.

 

TRAVAUX DIRIGES : Choisir deux groupes. Début des TD : semaine du 14 septembre 2015

 

****************************************************

Téléchargez la brochure des options de licences 2015-2016 sur le site de l'institut
ou directement ci-dessous : 
http://www.psychologie.parisdescartes.fr/content/download/26266/152545/version/1/file/Brochure+options+2015-2016.pdf

Le modèle classique du développement cognitif proposé par Piaget postule que l’intelligence de l’enfant se construit linéairement par grands stades, du registre sensorimoteur (bébés) à l’abstraction logique (adolescents et adultes), dans une interaction entre l’organisme et son milieu. Néanmoins, la mise en évidence après Piaget de capacités cognitives très précoces chez le bébé et d’échecs très tardifs chez l’adulte, bouscule la conception linéaire du développement de l’intelligence et conduit à s’interroger sur les mécanismes qui sous-tendent les transitions entre stades cognitifs. Il s’agit ici de mettre en évidence le rôle central du contrôle exécutif – notamment inhibiteur – dans l’acquisition des connaissances à travers la correction d’erreurs cognitives systématiques, et cela à différentes étapes du développement et dans différents domaines, comme le nombre, la catégorisation et le raisonnement logique.

La présentation par des intervenants du LaPsyDÉ experts du domaine (Arnaud Cachia, Mathieu Cassotti, Olivier Houdé, Sylvain Moutier et Nicolas Poirel) d’études comportementales et neurocognitives (IRMf, IRMa, EEG,…) issues en partie de leurs travaux, nous permettra de montrer comment certaines erreurs émergent au cours du développement notamment quand l’individu continue à utiliser une stratégie sur-apprise (ou heuristique) alors qu’il faudrait activer une stratégie cognitive analytique (ou algorithme), plus coûteuse mais qui permettrait de trouver la solution pertinente sans commettre d’erreur. Le contrôle exécutif serait donc intimement lié au développement cognitif et cérébral de l’enfant et de l’adolescent, en lui permettant de sélectionner une stratégie par rapport à une autre et de résister ainsi aux habitudes ou automatismes, aux tentations, distractions ou interférences, en s’adaptant aux situations complexes et nouvelles par la flexibilité (dynamique d'inhibition/activation de stratégies cognitives en compétition). Le défaut de contrôle exécutif, en particulier de l’inhibition cognitive et comportementale, plus que l’absence de logique en tant que telle, pourrait alors mieux rendre compte de certaines difficultés d'apprentissage (erreurs, biais de raisonnement, etc.) et d'adaptation, tant cognitive que sociale. 

De nombreuses aptitudes sont acquises de façon apparemment “naturelle”, spontanée, sans instruction explicite, et sans effort ni intention particulière de la part de l’apprenant. L’acquisition de la langue maternelle fait figure d’exemple privilégié, où des connaissances qui semblent s’installer au niveau d’un savoir faire implicite dans les trois premières années vont se reconstruire à des niveaux de fonctionnement plus explicites voire métalinguistiques.
Dans une première partie du cours, l’acquisition du langage oral sera abordée dans cette optique en mettant l’accent autant sur des aspects d’acquisition proprement linguistique (lexique et morphosyntaxe) que d’un point de vue pragmatique (fonctions communicatives du langage et leur relation avec les développements en théories de l’esprit). Les connaissances grammaticales, les conduites argumentatives et la narration seront traitées comme des exemples particuliers mettant bien en évidence les apports des interactions adulte-enfant et les différents niveaux de développement où ces connaissances se manifestent.
Dans la deuxième partie du cours, l’acquisition de différents aspects du langage écrit (connaissances phonologiques, orthographiques et morphologiques) sera abordée en mettant l’accent sur les mécanismes d’apprentissage implicite et explicite ainsi que les interactions entre ces deux modes d’apprentissage.

La plasticité cérébrale est cette fascinante capacité dynamique du cerveau consistant en un remodelage en interaction avec l’expérience.
Dans cette option, nous aborderons la plasticité cérébrale dans deux de ses principaux aspects :
1) les phénomènes de plasticité cérébrale liés à l’apprentissage dans le cerveau sain chez l’homme à des périodes clés de la vie (perspective life-span : enfance, maturité, vieillissement) ;
2) les phénomènes de plasticité cérébrale (de récupération secondaire) dans le cerveau pathologique résultants de lésions spécifiques chez l'animal et chez les patients (AVC, tumeurs cérébrales à croissance lente, épilepsie…) ainsi que ceux mis en jeu lors de la rééducation. Dans ce but, nous présenterons les résultats d’études humaines et animales, à de multiples échelles et utilisant diverses méthodes, ciblant les processus de plasticité cérébrale (électrophysiologie, imagerie cérébrale anatomique et fonctionnelle, neurochirurgie, …).

L’objectif de cet enseignement est de sensibiliser les étudiants aux problèmes cliniques soulevés par les décompensations somatiques et psychologiques en situation de travail (comme les pathologies du harcèlement, les dépressions, le burnt out, les pathologies post-traumatiques, les troubles douloureux ou encore les tentatives de suicide et les suicides). Les concepts de la psychopathologie psychanalytique seront abordés en vue de rendre compte des rapports entre les enjeux subjectifs du travail et les atteintes à la santé physique et mentale. La discussion des contenus sera adossée à la présentation de vignettes cliniques (études de cas et vidéos) et l’étude de textes théoriques.

 

Le vieillissement de la population française amène les psychologues à s’intéresser de plus en plus aux différents aspects du vieillissement psychologique. Ce cours introductif propose de donner un aperçu des connaissances du domaine dans une perspective cognitive et neuropsychologique.
Dans un premier temps, nous étudierons le vieillissement normal en abordant notamment les modifications avec l’âge du fonctionnement intellectuel et les effets de l’âge sur la mémoire. Les concepts de vieillissement réussi, de compensation et de réserve cognitive seront également abordés.
Le cours traitera ensuite du vieillissement pathologique avec l’étude des principaux types de démences du sujet âgé, dont la plus fréquente est la maladie d’Alzheimer. Les classifications et les critères diagnostiques internationaux des démences seront présentés, des études de cas de patients sous forme de cassettes vidéo seront aussi proposées.

Le but général de cet enseignement est d’insister sur les problèmes spécifiques liés à la conceptualisation et l’étude des comportements agressifs. Différents modèles explicatifs des comportements d’agression et leur articulation éventuelle seront examinés. L’analyse portera sur les modèles développés en psychologie sociale dont l’intérêt et l’utilité sont largement vérifiés à la fois par des études expérimentales et des observations menées sur le terrain, tout particulièrement en ce qui concerne les propriétés acquises des comportements d'agression. Cet examen sera appuyé par une analyse poussée des opérations qui interviennent lors de l'application des modèles théoriques, de la façon dont elles s'articulent entre elles aussi
bien qu'avec celles liées à l'évolution de la société sur le plan technique, économique, culturel et politique.
On tentera de mener le débat autour de l’articulation de l’explication motivationnelles et cognitives. A cette fin, par le biais de travaux empiriques, seront analysés les aspects cognitifs, les processus motivationnels et les déterminant dispositionnels et situationnels des comportements agressifs. La complexité et la diversité des facteurs déterminants et des paramètres d’expression du comportement agressif sont propices à ce type d’analyse. Effectivement, dans l’étude des comportements agressifs, peut être plus nettement que dans tout autre domaine d’étude des comportements sociaux, les processus d’influence réciproque entre motivations et cognitions jouent un rôle central.

La connaissance des enjeux de la périnatalité, tant du côté des parents que du bébé, est formatrice pour toutes pratiques de soin psychique et de recherche clinique.

Le référentiel principal proposé correspond à l’approche psychodynamique des problématiques périnatales. Celle-ci cherche à comprendre la réalité psychique des parents ou futur parents et du bébé ainsi que le sens potentiel des troubles et symptômes qu’ils peuvent présenter. Les problématiques abordées concerneront la clinique de l’anté-conceptionnel (désir d’enfant, enjeux du devenir parent, difficultés à concevoir), de l’anténatal (Interruptions de grossesse, diagnostic in-utero, déni de grossesse), de la naissance (prématurité, accident somatique au cours de l’accouchement), et du post-natal (des premiers jours aux deux premières années de vie du bébé, clinique des premiers liens et de leurs aléas, psychologie et psychopathologie du bébé).

Cette option propose une première découverte du champ de la périnatalité, à partir de travaux en groupe sur des articles ou des vidéos, de la présentation de leur pratique par des psychologues cliniciens spécialistes de la périnatalité, ainsi que de la présentation par l'enseignante de notions clés.

  • Lecture obligatoire : Mouras M-J. (ss dir.) La périnatalité – repères théoriques et cliniques. Bréal, Paris, 2003.

Introduction aux thèmes et approches de l’ergonomie contemporaine (Falzon, 2004 ; Falzon, 2013)

Familiarisation au travail collaboratif pour la production de savoirs commun

Familiarisation à l’animation d’un (mini) séminaire

The course aims to analyse critical components of human behaviour in organisational settings. Students are trained to discern the psychological processes describing individual and group behaviour in work settings, and to develop the skills in analysing such phenomena in order to enhance appropriate reactions. Examples of these issues include how to motivate and reward employees, facilitate teamwork, and resolve conflict.
A second objective of the course is to help you identify how you yourself can be more effective in organizational settings. We will discuss topics such as personality, perception, communication, power, negotiation, from the perspective of you as a group member or leader.
To accomplish these objectives, we rely on a variety of activities, with an emphasis on experiential exercises. Learning is interactive, and each class session requires your active participation. Students who prefer lecture courses may wish to take another class.
The course is organised in twelve 2-hour sessions, composed of a lecture relating fundamental theories and concepts, class discussions of texts, videos and cases, and team exercises. Each session deals with one topic and is prepared by the students with readings of relative documents proposed by the instructor on moodle. Students must complete each session with the study of the appropriate chapter of the compulsory textbook.
Credit is obtained through two types of controls:
20% of the final grade is obtained through the evaluation of work completed in class during the term.
40% of the final grade is obtained from the mid-term exam
40% of the final grade is obtained from the final paper.
Bibliography : Robbins, S.P. (2005) Organizational behaviour International Edition. Prentice Hall.
Additional material (cases, articles, lecture notes and slides) will be made available by the instructor online and in the photocopied reading pack when appropriate.
Further sources include:
Nahavandi, A. & Melekzadeh, A.R. (1999). Organisational Behavior : The Person-Organization fit. Prentice Hall.
Buelens, M., Kreitner R., & Kinicki A. (2002). Organisational Behaviour. Mc Graw Hill European edition.
Furnham A. (2002). The Psychology of Behaviour at Work. Psychology press.

La créativité - la capacité à formuler des idées originales et adaptées aux exigences d'une situation - est un phénomène psychologique complexe impliquant la cognition, la conation (personnalité et motivation) et l'environnement social et physique. L'objectif de ce module est d'examiner le phénomène de la créativité dans sa globalité, en permettant aux étudiants de voir comment diverses approches peuvent s'intégrer. Des travaux concernant la créativité réalisée dans le domaine de la psychologie (notamment, la psychologie différentielle, expérimentale, sociale, et développementale), des sciences sociales, des sciences de gestion, des sciences de l'éducation, de l'histoire de l'art et des sciences feront partie intégrante de cet enseignement.
On abordera les théories de la créativité, les différentes façons de mesurer la créativité, la définition sociale de la créativité, le processus créatif, l'influence de l'environnement physique et social, et le rôle des facteurs cognitifs (intelligence, connaissances) et conatifs (personnalité, motivation, styles cognitifs) dans les différences individuelles de la créativité.
Des aspects concrets de la créativité seront abordés, telle que la question de la mesure du potentiel créatif (par exemple, suivant les tests proposés par Torrance) ou les techniques de simulation de la pensée créative souvent utilisée en entreprise (brainstorming, synectique, pensée latérale). On discutera de la créativité chez les individus et de la créativité collective, dans des groupes, dans des organisations, ou au niveau d'une société. Les travaux dirigés comprendront des études de cas (comme celle du mathématicien Poincaré), des discussions de textes, et enfin des expériences où les étudiants analyseront leur propre processus créatif lors de la réalisation d'une tâche.

L'objectif général de cette option est de mieux comprendre les liens entre la psychopathologie et les maladies somatiques. Différents concepts sont abordés autour des émotions, des humeurs et de la personnalité (anxiété, dépression, colère, alexithymie, émotions positives) en lien avec plusieurs pathologies (cancer, maladies cardiaques, maladies rénales, douleurs chroniques). Le processus d'acceptation de la maladie est également développé. Enfin, quelques exemples de prises en charge sont présentés. Les étudiants sont invités à travailler à partir de différents supports : articles, outils, cas cliniques, séquences vidéo.

La psychothérapie, le traitement psychologique, nous intéresse sans que nous sachions toujours bien ce qu’elle recouvre exactement, sauf si nous en avons une expérience personnelle. L'objectif de cette UE est d’apporter des clés pour comprendre la définition de cette activité et les enjeux théoriques, méthodologiques et éthiques posés par les psychothérapies. On passera ainsi en revue les grandes questions de ce domaine :
· Définitions et limites des psychothérapies, en particulier lorsqu'il s'agit de mettre ou non en jeu le corps, d'utiliser ou non des médiations ;
· Différences entre accompagnement psychologique, psychothérapie et méthodes d'épanouissement personnel ;
· La psychothérapie ayant pour objectif le changement, une attention sera portée aux conditions qui le permettent, aux processus qui y sont actifs et à la façon dont le changement peut être évalué ;
· Les principaux systèmes référentiels des psychothérapies (comportemental et cognitif, systémique psychanalytique, humaniste) seront décrits et des exemples de leur application seront proposés ;
· Une attention importante sera donnée à des notions telles que : alliance de travail, transfert et affiliation;
· Fondées sur la relation interhumaine, les psychothérapies en assument les risques : influence, dépendance, pouvoir et parfois emprise sur autrui.
· La question de l’efficacité des psychothérapies, en lien avec la pratique fondée sur les preuves sera soulevée, ce qui permettra de développer la notion d’indication différentielle.

L’objectif de cet enseignement est de sensibiliser et d’initier les étudiants à la clinique et à la psychopathologie psychanalytiques avec des enfants. L’intérêt de l’enseignement est de les familiariser aux concepts théorico-cliniques nécessaires à soutenir et à élaborer les premières expériences de stages en L3 ainsi que par la suite celles en M1. Seront abordés des textes fondamentaux en prenant particulièrement soin d’articuler la théorie avec la pratique singulière auprès des enfants. Dans un premier temps, on travaillera des textes fondateurs, comme le cas du Petit Hans et les trois essais d’une théorie sur la sexualité de Freud. Dans un deuxième temps, on abordera l’oeuvre de psychanalystes qui lui ont succédé, comme M. Klein et Winnicott.

L’objectif de cet enseignement est de définir avec précision certains des mécanismes cognitifs et des structures cognitives qui interviennent dans la mémoire et dans l’amnésie. En accord avec la démarche actuelle en matière de recherche qui voit la convergence entre les approches psychologiques et neuropsychologiques, nous confronterons de manière systématique les données de la psychologie normale avec les données de la psychologie pathologique de la mémoire.
L'enseignement sur la mémoire et sa pathologie débutera par un premier chapitre historique sur la notion de mémoire qui permettra d'analyser le rôle des facteurs pragmatiques, sociaux et idéologiques qui ont été impliqués dans les recherches expérimentales sur la mémoire depuis plus d'un siècle. Nous adopterons ensuite la démarche qui consiste à étudier la mémoire dans ses manifestations extrêmes : si l'exceptionnel que l'on voit surgir chez les experts permet d'analyser les facteurs importants réalisant un bon souvenir, la maladie, en tant qu'elle affecte d'abord les fonctions supérieures, découvre les phénomènes psychologiques plus rudimentaires et plus automatiques. Nous traiterons ainsi de l'étude des mémoires prodigieuses avant d’aborder celle des mémoires pathologiques (neuropsychologie et psychopathologie des amnésies) qui se
trouvent être à la base du cadre de la psychologie structuraliste de la mémoire. C’est dans ce cadre que seront présentées les principales pathologies sévères de la mémoire, les principales échelles de mesure clinique et les principales méthodes de rééducation. Nous aborderons enfin le problème de la structure et du fonctionnement de la mémoire en analysant les faits qui conduisent aujourd'hui à nous interroger sur la question de l'unicité ou de la multiplicité des mémoires.

Cet enseignement vise une initiation à l’étude du comportement humain en contexte socioenvironnemental. Le but est d’expliquer l’interaction qui s’établit entre l’homme et son milieu, en faisant ressortir la dynamique entre l’individu et les situations dans lesquelles il se trouve. L’objectif est de sensibiliser l’étudiant et de l’amener à reconnaître et à analyser l’interaction entre l’homme et/ou les groupes et leurs contextes environnementaux. La présentation des principaux concepts et modèles explicatifs insistera sur les processus psychosociaux qui sous-tendent les rapports de l’homme aux différentes échelles des contextes environnementaux, de l’espace privé à l’espace public. Les thèmes développés démontreront la
spécificité du lieu par rapport à l’espace, en soulignant la construction sociale des rapports aux différents types de lieux de vie.
La cognition environnementale sera envisagée en articulation avec le comportement socio-spatial et en lien avec la dynamique de l’identité de lieu et de son évaluation en termes de qualités perçues. Les dysfonctionnements et les modifications des rapports de l’homme à ses environnements seront analysés en fonction de leur contexte spatio-temporel et dans le but de préciser les modalités d’interventions psychoenvironnementales.
Les thèmes proposés seront illustrés par des recherches de terrain. Ces exemples introduisent les étudiants aux particularités des méthodes de production de données et d’intervention en Psychologie environnementale ainsi qu’à la découverte de certaines démarches spécifiques (recherche in situ/simulation, cartes mentales, approches multi-méthodes, échelle d'évaluation, construction d'outil).

L’objectif majeur de cet enseignement est de fournir aux étudiants un éclairage biologique sur les processus de mémorisation.
Les traces des événements passés se manifestent dans tous les aspects de notre vie. Mémoire consciente ou inconsciente, habitudes, routines sensori-motrices... Bien que ces questions se posent depuis la nuit des temps, il fallut attendre, les développements récents de la neurobiologie comportementale et cellulaire pour organiser autour d’axes cohérents, théories et résultats expérimentaux. Ainsi sont successivement présentés :
- l’organisation des principaux réseaux neuronaux de la mémoire et leurs pathologies chez l’Homme,
- la participation plus particulière de certaines structures cérébrales aux processus mnésiques, envisagée par une analyse critique du rôle de l’hippocampe et des lobes frontaux,
- les mécanismes cellulaires et biochimiques invoqués actuellement, pour rendre compte des processus d’engrammation, c’est à dire la capacité que présente le tissu nerveux à conserver de l’information. Ces processus seront envisagés sur la base de modèles simples (la sensibilisation, l’habituation, la potentiation/dépression synaptique …). Nous soulignerons dans ce contexte les différences neurobiologiques majeures existant entre mémoires « labiles et persistantes ».